Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

GAZ DE SCHISTE, GAZ DE HOUILLE, MÊMES RÉSULTATS

Les exemples de l’Amérique du Nord, de l’Australie et de la Pologne nous montrent le vrai visage de la recherche/exploitation d’hydrocarbures non conventionnels.

Une demande de permis comprenant le nord du Lot, le sud de la Corrèze et une partie de la Dordogne est examinée à l'échelle préfectorale avant de passer à l'été au niveau ministériel. Il s'agit d'un permis de recherche mais qui implique les mêmes dégâts que l'exploitation. Le titulaire de la première phase détient d'ailleurs l'exclusivité de la demande à produire.

Devant l'absence d'enquête publique, de concertation en amont, un collectif de citoyens s'est formé depuis le début de l'année, très actif, pour demander des comptes et remonter la désapprobation des élus et des habitants face aux risques inconsidérés que cette attribution ferait prendre à toute la population, urbains et ruraux, actifs et inactifs, lotois et touristes.

Si ce permis était accordé à l'entreprise de Singapour Hexagon Gaz, cela signifierait :

  • des va-et-vient incessants sur les routes (des milliers de poids lourds, des dégâts et des nuisances)
  • un paysage transformé (planté de derricks tous les 2 km2)
  • des stockages d’eau polluée (dans aucun pays, on ne sait les traiter)
  • des pénuries d’eau (soulèvement des fermiers en Australie)
  • une pollution irréversible des sources d’eau (arsenic, métaux lourds, radioactivité dans le sous-sol du Quercy plein de failles incontrôlables)
  • des fuites de méthane (+ de 15% de fuites partout constatées)
  • des emplois précaires (2 par puits pendant 6 à 8 mois puis un gardien pour 3 puits)
  • une image repoussoir du territoire (fin du tourisme et sans doute de l’agriculture)
  • un prix du gaz non maîtrisé (fixé toujours au plus haut par le marché)

Comble du comble, ce permis recouvre le bassin versant de la Dordogne, zone Natura 2000, récemment inscrite par l’UNESCO comme « Réserve mondiale de Biosphère pour « la qualité de son patrimoine naturel et ses pratiques d’expérimentation et d’apprentissage du développement durable » !

Nous avons besoin d’une mobilisation très forte. Aucune loi votée jusqu’à ce jour ne garantit l’arrêt de la fracturation hydraulique (contestation des pétroliers en inconstitutionnalité). Celle-ci est utilisée dans tous les pays, que ce soit pour le gaz de schiste ou de houille !

Défendons notre territoire, nos conditions de vie, nos activités, ne laissons pas nos gouvernants décider pour nous !

POURQUOI NOUS LUTTONS ?

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :